Un conseil? appelez-nous sur 07.83.29.63.86

Avons-nous raison d’avoir peur de la souris à cause de son milieu de vie qui est en général salle ?

La peur est une émotion, ce n’est pas une réaction rationnelle. Pourquoi ressentir une réaction émotive de peur jusqu’à avoir de la haine et du dégoût envers un petit animal qui ne cherche qu’à survivre.

La peur de l’inconnu

L’inconnu peut surprendre et nous faire perdre le contrôle. C’est sans doute le plus pertinent des facteurs explicatifs de cette phobie. Nous aimons garder un contrôle sur notre environnement qui de nature propre.

En plus de cela, nous savons que les souris transportent des virus,  des bactriens qui peuvent être source de contamination des maladies transmissibles. Donc, c’est bien  normal que les personnes emploient des moyens drastiques pour les éliminer.

Le contexte de sa présence

En dehors de chez soi, les souris semblent ne pas susciter des émotions spontanée en les voyant. Mais il suffit de les voir dans sa cuisine ou sur les aliments et automatiquement la peut et la panique s’installent.

Sommes-nous obsédés  de la propreté ?

Beaucoup de maladies, parfois mortelles, peuvent être causées par un manque d’hygiène. Apercevoir une souris dans son habitation n’est pas banal. En mangeant, les souris contaminent notre nourriture par leur salive, et leurs excréments sont une source de contamination très pathogène.

Donc, avoir peur des souris ne n’est pas seulement irrationnelle ou de type obsessionnel. Elle s’appuie sur des causes rationnelles. Mais la peur peut être exagérée, et peut s’exprimer par une réaction démesurée.

Pourquoi certains paniquent au vu des souris ?

En général la peur des souris s’expliquent par le fait qu’elle soit une animale salle et souvent vecteur de maladie à cause des bactéries sur son corps. Néanmoins on verra quelques raisons de la peur.

La peur des souris est souvent fréquente chez les femmes. Cela peut être causé par un événement négatif et douloureux vécu dans la période de l’enfance. Ces évènements peuvent  être associés à ces petites bêtes.

Comme tout traumatisme, un événement négatif reste associé à l’objet de cette angoisse : mais la souris peut aussi être le support d’une autre peur liée  par un concours de circonstances au rongeur.

La souris suscitent du dégoût chez les phobiques,elle est considérée comme un nuisible et elle symbolise la peste. Par conséquent on a peur.

Cette peur peut aisément s’expliquer, la souris  est difficile à  neutraliser, elle est très rapide et elle parvient à se faufiler partout.  Heureusement pour tous, on ne croise pas des souris tous les jours.

Souris, un vecteur de maladie

Certes, la souris est parmi les animaux vecteurs de maladies dont certaines sont transmissibles à l’homme. Les modes de transmissions sont divers comme par exemple :

  • Les excréments,
  • L’urine,
  • La salive lors de morsures.

La souris peut aussi transmettre des maladies en transportant tout simplement sur son corps. C’est le cas des poux. Il y a aussi les puces et également les tiques. Elle détruit souvent nos alimentations et biens matériels.

Se faufilant partout, elle entre chez chacun d’entre nous. Que l’on soit en ville ou même en campagne, la souris sème la terreur  auprès des gens qui souffrent de la peur extrême des souris.

Les souris ont souvent une étiquette assez négative qui leur colle à la peau. On peut probablement expliquer cette peur par différents points. Déjà, on a cette idée de petite bête rapide qui peut se faufiler partout.

On ne sait pas où elle traine. Sûrement dans des endroits pas forcément très propres.

On pense aussi que cette petite bête se multiplie très rapidement. Personne n’aimerait avoir un nid de souris derrière un radiateur.

On peut imaginer aussi un véritable clan de souris.  Le nombre qu’on peut avoir.  L’idée de le savoir peut susciter le véritable dégout. Ce dégoût, on peut le comprendre.

Dans les livres, on peut aussi souvent lire que les épidémies ont été propagées par des rongeurs. Bien souvent connus pour être porteurs de maladies. Tous ces souvenirs continuent de nourrir l’angoisse générale que peuvent présenter les rongeurs.

 

Prévention contre les souris

Pour ne pas avoir à chasser ces rongeurs, autant faire en sorte qu’ils ne viennent pas.  Par exemple :

Reboucher les trous dans les murs des dépendances d’un autre temps ou du sous-sol : une souris peut se faufiler dans des interstices extrêmement étroits.

  • Nettoyer très souvent l’habitation et ses annexes sans oublier l’intérieur des meubles de rangement, des coffres et placards,
  • Éliminer les miettes après chaque repas sur le balcon ou la terrasse,
  • Stocker ses poubelles dans un conteneur fermé et le vider très régulièrement,
  • Ranger les stocks alimentaires de type épicerie dans des pots en verre hermétiques.

Malgré toutes ces précautions, il est possible qu’une souris visite les lieux périodiquement.

 

Repousser les souris en leur laissant la vie sauve

Installer aux endroits stratégiques des végétaux qui dégagent une odeur que la souris déteste, comme c’est le cas de l’eucalyptus et de la menthe poivrée. Pour ceux qui n’ont pas la main verte ou ne possèdent tout simplement pas suffisamment de place pour jardiner, reste le recours aux huiles essentielles extraites de ces plantes. Ça marche aussi.

Adopter un chat

Le chat peut faire fuir les souris. Grâce à son odeur, il peut empêcher aux souris de s’approcher dans la maison. Les chats peuvent aussi faire peur aux souris et même les tuer. Il est bon d’en avoir.

 

Les personnes qui ont une peur bleue des souris  ont souvent un amour excessif de soi-même. Cependant, moins vous vous aimez et moins vous vous sentez en sécurité.

La souris n’est pas désirée dans nos habitations à cause des dégâts qu’elle cause et des maladies qu’elle peut transmettre à l’homme et les animaux domestiques.

Malgré les stratégies de l’homme pour  la combattre, la souris continue toujours à faire de nos habitations son refuge.

Entre la prévention contre les souris et les moyens naturels de les éloigner, il existe des solutions efficaces pour ne pas en être envahi.